• Voilà, après le poème précédent, certains m'ont gentiment écrit (ailleurs, ici, y'a moins de monde) des choses qui m'ont fait rougir et dont je les remercie.
    Ceci est une réponse rapide avant d'être capable d'un vrai retour :



    Il me faut revenir. On me l’a répété.
    Dès lors je suis forcé de reprendre ma plume
    (Menteur, c’est un ordi qu’aujourd’hui tu allumes)
    Et de trouver des mots pour me désendetter

    Envers ces braves gens qui me croient un poète
    Alors que simplement, je suis un artisan
    Qui fait du mieux qu’il peut pour vous être plaisant...
    Que l’on se trompe autant, croyez-le, ça m’inquiète.

    Victor Hugo, Villon, Baudelaire et Musset
    Ceux-là ce sont des vrais, des génies que j’admire
    Des soleils que l’on voit, inaccessibles, luire
    Et dont je ne peux pas me rapprocher assez.

    J’écris des vers c’est vrai et j’aime les écrire
    Mais c’est le travail seul qui les rend, parfois, bons.
    Pour le reste j’écris des vers de mirliton
    Mais puisque c'est un vœu, j’en vais encor produire !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :