• Tiens, est-ce que je suis toujours aussi lugubre, là ?

     

    Trois journées de bonheur

    Toi tu viens de passer, sans bien t’en rendre compte
    Trois journées de bonheur et de tranquillité.
    La vie, c’est comme un livre ou même comme un conte
    Qu’on ouvre sans connaître sa finalité…

    Quand le destin s’acharne et que tu crois, sincère,
    Ne vivre désormais que des jours de malheur,
    Parfois le lendemain, lorsque tu désespères,
    Se découvre parfait et sans le moindre heurt.

    C’est un de ces demains que tu viens, là, de vivre,
    Toi qui te croyais mûr pour des malheurs sans fin,
    Toi qui pensais que seuls, la lecture de livres
    Désormais, dans ton cœur, sauraient mettre un parfum.

    Profite de l’instant qui s’offre quand il chante
    Un refrain si léger que s’envole ton corps
    En des régions de rêve où les âmes méchantes
    Ne peuvent accéder… ou du moins pas encor !

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Janvier 2013 à 15:15

    Bonjour Alpéro

     

    J'aime beaucoup ce superbe poème, il est très bien écrit. Cela porte à réflexion. Chaque jour qui passe ne se ressemble pas, le pourquoi il faut se contenter du bonheur qui passe et le vivre pleinement !

     

    Magnifique lecture, bisou Alpéro

    Janedeau

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :