• bilan. deuxième.

    Tu parles 

    Charles ! 

    Tu dis ?  

    Bandit ! 

     

    J’aligne encor des mots, des phrases et des sons. 

    Qui ne disent plus rien à ceux qui les écoutent. 

    Je ne suis plus poète et je ne suis qu’un con- 

    Damné à l’écriture avec l’esprit qui doute. 

     

    Le beau temps est passé. 

    Le rêve s’est cassé, 

    Le vieux cerveau s’embrouille 

    Tout aveuglé qu’il est 

    Des larmes qui le mouillent. 

     

    De quoi servent les mots 

    Qu’à plaisir on gaspille ? 

    Ma poésie est fille 

    Du génie d’un idiot 

    Et les mots que j’aligne 

    Valent moins que le poids 

    Du papier. Lors je crois 

    Qu’il me faut m’en aller afin de rester digne.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :