• bouffées d'enfance

    Nostalgique, j'ai écrit ce truc mensonger, parce que le Passage des Postes dont il s'agit en réalité, est toujours là...
    Mais un poète à des droits...
     
    On ne devrait jamais retourner aux endroits
     Où venait chaque jour se vivre notre enfance
     Car leur nouvel aspect est une triste offense
     À ces vieux souvenirs… et nul n’en a le droit.
     
     Dans mon Paris d’avant, il était un passage
     Où je venais parfois retrouver un copain
     Pour nous encourager, tous deux, clopant clopin,
     À retrouver l’école où il faut être sages. 
     
    Une rue de goudron, rectiligne, à présent,
     Remplace les pavés tordus de mon passage
     Et de plates maisons sans attrait et sans âge
     Ont tués nos vieux murs presque médiévisants.
     
    C’est pourquoi je ne veux plus passer aux endroits
     Où j’ai souventes fois promené ma jeunesse
     Car si je suis un vieux (c’est vrai, je le confesse)
     De me le répéter, ils n’en ont pas le droit.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :