• ceci n'est pas un poème, mais un aveu de lassitude

    J'en ai honte, mais je me rends compte que je deviens un horrible misanthrope.
    Le spectacle de la bêtise humaine me lasse, je n'ai même plus la force de juger les saloperies de Trump. Je me dis avec tristesse que peut-être mes enfants mourront plus tôt que moi, bien qu'en même temps, des conséquences d'une guerre nucléaire voulue par un malade.
    Il est peut-être un peu moins fou qu'Hitler, je ne sais pas, mais il a beaucoup plus de moyens et il se sent tranquille puisque ce qu'il est en train de déclencher se passe sur un autre continent que le sien.
    C'est sans doute lâche et égoïste, mais je suis de plus en plus satisfait d'être au bout (relatif) du chemin.
    Par contre, je culpabilise de vous laisser, à vous, les jeunes, un monde dans cet état et sur ce chemin...
    Hier, j'étais de gauche parce que j'avais toujours eu confiance dans l'homme et dans le progrès. Aujourd'hui, je suis toujours de gauche, à cause ou grâce à mon sens de la justice et de l'humanité, mais pour ce qui est de la confiance, j'avoue qu'elle est morte.
    Voilà, ce texte ne sert sans doute à rien, mais je jure qu'il me soulage et que je suis heureux de me dire qu'on va peut-être le lire et... peut-être encore, avec de l'indulgence. 
    Merci.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Février à 15:21

    Bon, Alain, mon ami , c'est le spleen...

    Mais t'as raison de laisser fuser ce coup de gueule

    et avec toi je souffle dans les bronches de Trump et ça fait une drôle de musique  vois-tu  :

     

    http://www.mirebalais.net/2017/01/le-trumpette-en-bois.html

    2
    alpero
    Mercredi 14 Février à 22:36

    Merci d'avoir lu ce morceau de tristesse...

    Heureusement, depuis, je me suis relevé un peu, même si les raisons d'inquiétude n'ont pas vraiment disparu, je le crains....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :