• et si, moi, j'écrivais...

    Période de création, après période de vide, mais...

    Mais laquelle est la meilleure ?

     

    Et si, moi, j’écrivais un merveilleux poème
    Afin qu’il éblouisse mes contemporains,
    Pour qu’on m’admire enfin et que jusqu’à demain
    Je puisse un peu rêver d’être le quarantième ?

    Et si je permettais, aimable dictateur,
    De dégonfler un peu à mes pauvres chevilles
    Qui pour avancer mieux réclament deux béquilles
    Afin de me conduire en un monde... meilleur ?

    Et si, pour une fois, je laissais l’écriture
    Dire sincèrement ce que c’est qu’Alpero,
    Ce pauvre écrivaillon, ce vieux barbu trop gros
    Qui ne peut poèter que pris d’une biture ?

    Et si je vous disais, vous mes quelques lecteurs,
    Que j’ai besoin de vous pour savoir que j’existe
    Pour oublier un peu le vilain égoïste
    Dont la plume ne sert qu’à le mettre en valeur.

    Et si donc j’écrivais, cette fois, un poème
    Avec de simples mots, qui soit sans prétention ?
    Un très modeste écrit dont la seule intention
    Serait qu’on soit heureux de le lire et qu’on l’aime ?


  • Commentaires

    1
    ricco29
    Lundi 26 Octobre 2015 à 18:32

     

    alors fait le..

    2
    Lundi 26 Octobre 2015 à 22:24

    j'essaie à chaque fois, mais c'est difficile de parvenir à être bon, hâchement difficile.

    amitiés, alpero.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :