• les commentaires dans les forums de poésie

    Voici ce que j'ai écrit en réponse à une demande de commenter les différents envois sur un forum que je fréquente et alors que tous les participants souhaitaient avoir plus de commentaires... plus de preuves d'avoir été lus, sans doute :

     

    Je vais peut-être aller à contre-courant mais, en parlant de ce que je poste, je dois dire que je n'attends pas de commentaires polis, voire aimables pour me remercier d'avoir écrit.

    Si nous écrivons (enfin, si j'écris, moi), c'est je crois, pour être lus, évidemment, mais aussi pour soi, pour chaque fois, dire encore mieux que la fois précédente ce que nous avons dans le cœur et dans l'esprit.
    Un poète, pour moi, c'est un interprète des sentiments. Celui qui parle et qui les dit pour ceux qui ne savent pas le faire.

    On n'est pas écrivain ou poète de naissance et pour la vie entière en conservant jusqu'à la mort le niveau que l'on avait au départ... ou alors, c'est qu'on est un génie.

    Ce n'est pas mon cas.

    C'est pourquoi, personnellement, je préfère recevoir moins de commentaires, mais qu'ils soient argumentés et qu'on me dise ce que dans mon texte, on aime ou on n'aime pas (lorsqu'on a apprécié globalement le poème, évidemment, sans cela, pour quoi préciser ? si c'est mauvais, c'est mauvais, point... et on passe à autre chose).

    Je sais bien que ce que j'écris est critiquable et je trouve normal que des lecteurs n'aiment ni mon style ni mes sujets. Je ne demande pas à ceux-là de faire semblant et je trouve normal, lorsqu'il voient un post de moi, qu'ils l'évitent. Ils ne sont pas là pour lire ce qu'ils n'apprécient pas.

    J'avoue que c'est ce que je fais. je ne commente pas mes copains, puisque je ne connais personne sur le forum, je commente les textes qui m'inspirent en bien car je n'aurais aucun plaisir à dire du mal du travail d'un auteur.

    Voilà, on est ou non d'accord avec ma vision du monde. Elle est générée par le respect et l'amour que j'ai pour la poésie autant que par le regret que je porte depuis toujours en moi de n'être pas un vrai poète comme l'on été nos maître (enfin les miens) Musset, Villon, Hugo, Lamartine... etc...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :