• Les mots abscons

    J’avoue, je n’aime pas ouvrir un dictionnaire

    Quand devant un poème emplis de mots abscons

    Que je ne comprends pas, je me retrouve con

    Plus encore (et pourtant) que je suis d’ordinaire.

     

    Les grands mots, ça fait bien, ça donne l’impression

    Qu’on maîtrise la langue et qu’on a sur sa muse

    Un pouvoir aussi grand que la pauvre s’excuse

    De n’offrir jamais que de faibles brouillons

     

    À ce maître absolu, ce fascinant poète

    Qui lui fit cet honneur de la choisir un jour

    Pour qu’il puisse parler d’amour et de toujours

    Mais avec d’autres mots, des mots portant jaquette.

     

    Amour ça fait commun… extase, enchantement

    Ça fait plus important, ça vous a de la gueule.

    Ça montre votre branche, que vous eûtes aïeules

    Maîtresses de grand rois, ou presque, assurément.

     

    Ces grands mots ne sont pas pour écrire un poème

    Ils sont pour exhiber au peuple abasourdi

    Un poète génial (si puisqu’il vous le dit)

    Mais s’il dit Poésie, sa muse dit : Blasphème.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Septembre à 19:54
    J'aime ce poème et non, ce n'est pas qu'un faible brouillon.
    Amitiés de Fany du forum heures bleues.
    Si tu veux, tu as le lien vers mon forum
      • Mercredi 12 Septembre à 20:02

        Merci Fanny d'être passée dans ce désert.

        Je passerai chez toi, promis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :