• On voit les gens partir...

    On voir les gens partir et, bien sûr, ça fait mal
    Mais « c’est des autres gens » alors, vite, on oublie,
    Or la mémoire qui, parfois, est malpolie
    Insiste plus longtemps lorsque c’est familial.

    Dans le vide installé, on recherche un visage,
    Des souvenirs, des mots ou prononcés ou tus
    Et toutes ces erreurs, ces moments mal foutus
    Dont on aimerait bien n’avoir pas fait usage.

    On voit sa sœur partir et, bien sûr, ça fait mal
    Surtout comme l’on sait qu’aucune marche arrière,
    Aucune pauvre excuse, pas la moindre prière
    Ne pourraient t’effacer, triste jour anormal.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :