• Rêves détruits

    RÊVES DÉTRUITS (poème que je précise non autobiographique)

     

    « Si la journée qui vient m’offrait, comme en un rêve,

    Le plaisir de la voir, la joie de l’approcher… »

    Mon esprit se torture et travaille sans trêve

    Pour que je croie « château » un malheureux rocher.

     

    J’avais en ce temps là, devant moi, la lumière,

    Eblouissante et nue, d’une pure beauté

    Mais la vie, les erreurs, font naître une frontière

    Qui défend au printemps de devenir l’été.

     

    Et c’est, pour mon malheur, que mes yeux, sur une autre

    Qui me parut plus belle, un jour se sont  posés.

    Car, si belle elle était, c’était un faux apôtre

    Promettant le bonheur pou mieux en disposer.

     

    Lors j’ai perdu les deux lumières de mes rêves,

    L’une que j’ai chassée, l’autre qui m’a chassé.

    Je suis seul désormais et, de chagrin, je crève

    Quand j’ose regarder les ruines du passé.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :